LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

oigner les IST - Conseils

La grande majorité des infections sexuellement transmissibles (IST) sont des affections sans gravité lorsqu'elles sont connues et traitées à temps.

Des règles simples permettent de diminuer leur propagation et favoriser leur guérison.

 

Il est indispensable de retenir :

- La majorité des IST ne guérissent pas seules.

- L'automédication est déconseillée dans le contexte des IST.

- Tout traitement prescrit par votre médecin doit être pris jusqu'au bout.

- Il est indispensable de prévenir votre ou vos partenaire(s)

 

 

Les IST ne guérissent pas seules

 

Il existe des traitements efficaces contre les infections sexuellement transmissibles (IST). Ces traitements évitent la propagation et stoppent l'évolution de la maladie.

Négliger une IST, c'est prendre le risque de complications parfois difficiles à traiter et de séquelles parfois extrêmement handicapantes (douleurs abdominales chroniques, stérilité...).


 

L'automédication est déconseillée

Il est impératif de consulter un médecin afin d'obtenir le traitement adapter à la maladie mais également à son propre cas.

Ne jamais utiliser de pommade, de désinfectant ou d'antibiotiques sans avis médical.

 
 

Respecter la durée du traitement prescrit

 

Il faut impérativement respecter la dose et la durée du traitement prescrites pour se soigner efficacement.

Un surdosage pourrait comporter de risques d'intolérance au médicament.

Un sous-dosage ou une durée trop courte de traitement pourrait être inefficace sur la maladie et favoriser le développement de résistances bactériennes ou virales.

Pendant le traitement utiliser toujours un préservatif avec votre partenaire.

 
 

Avertir le ou les partenaires de son infection

 

Il est essentiel que votre ou vos partenaires se fassent dépister et traiter afin de limiter les risques de réinfection entre vous.

Avertir son ou ses partenaires est également un geste de santé publique qui permet de diminuer la propagation des infections sexuellement transmissibles dans la population.

 



 

Rédacteur : docteur Romain GUILHERME

Mise à jour le 29 janvier 2015

 

Références Bibliographiques:

- E. Nguyen et al. Progression importante des infections à gonocoques en France : données des réseaux Rénago et RésIST au 31 décembre 2009, 2011, Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

- V. Goulet et al., Augmentation du dépistage et des diagnostics d’infections à Chlamydia trachomatis en France : analyse des données Rénachla (2007-2009), 2011, Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

- D. Antona et al. L’infection par le virus de l’hépatite B : une maladie sexuellement transmissible, 2011, Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

- P. Bossi, [Genital herpes: epidemiology, transmission, clinic, asymptomatic viral excretion, impact on other sexually transmitted diseases, prevention, and treatment]., 2002, Ann Dermatol Venereol.

- R. Quentin, Écologie bactérienne vaginale: nature, exploration et prise en charge des déséquilibres, 2006, Mise à jour en Gynécologie Médical du Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français.

- C. Quéreux et al., Condylomes génitaux, 2007, Mise à jour en Gynécologie Médical du Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français.

- A. Bouyssou et al., La syphilis en France : analyse des données de surveillance sur 10 ans, 2000-2009, 2011, Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

- P.Yéni, Rapport 2010 sur la prise en charge médicale des personnes infectées par le VIH, 2010, Ministère de la Santé.

- Inpes 2011, http://www.info-ist.fr/index.html.