LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES

ycose

Les mycoses vulvaires et vaginales sont des infections extrêmement fréquentes de la femme.

Sans aucune gravité, ces infections sont toutefois particulièrement gênantes du fait de leur symptomatologie : pertes importantes, brulures et démangeaisons vulvaires et/ou vaginales.

Et ces mycoses ont une fâcheuse tendance à récidiver ce qui n'arrange rien.

 
 

Qu'est ce qu'une mycose ?

 

Une mycose est une infection due au développement excessif d'un champignon microscopique appelé candida albicans.

Ce champignon, présent de manière strictement normale dans la cavité buccale et le tube digestif humain, ne se trouve par contre qu'en faible quantité dans le vagin.

 

L'équilibre vaginal normal repose sur un écosystème microscopique constitué principalement d'une abondante flore bactérienne appelée flore de Döderlein qui vit en harmonie avec la muqueuse vaginale (revêtement vaginal) sous l'influence de facteurs hormonaux et physico-chimiques comme l'acidité vaginale appelée pH.

 

Durant la vie, une compétition permanente s'exerce entre la flore bactérienne naturelle et bénéfique du vagin (flore de Döderlein) et les agressions bactériennes hostiles sources d’infection (flore pathogène). Ces bactéries pathogènes sont détruites grâce à l’acidité naturelle vaginale se situant vers un pH de 4 ou 5.

Cependant les champignons (candida albicans) aiment particulièrement l'acidité vaginale. Ainsi si l’acidité augmente, pH de 2 à 4, la petite quantité de champignons présent dans le vagin va pouvoir se multiplier et provoquer une mycose.

 

En conclusion, la mycose est le plus souvent secondaire à des modifications du corps de la patiente liées à :

- l'acidité vaginale ;

- des facteurs hormonaux ;

- ou des modifications physico-chimiques locales ou générales corporelles.

 

Ceci signifie que la mycose vaginale n'est pas une MST (maladie sexuellement transmissible), même si dans de très rares cas l'infection peu se transmettre au partenaire.

 
 

Quels sont les facteurs favorisants l'apparition de mycoses vaginales ?

 

Plusieurs éléments favorisent l'apparition et la récidive des mycoses vulvaires et vaginales :

• Modifications Hormonales :

La Grossesse, du fait de l'augmentation de la sécrétion d'œstrogène chez la mère,  augmente naturellement l'acidité vaginale et favorise par conséquent les infections mycosiques.

La Ménopause implique quant à elle un déséquilibre de la flore vaginale du fait de l'atrophie de la muqueuse. Ce déséquilibre favorise le développement des champignons au dépend de la flore de Döderlein.

 

• Pathologies Générales :

Le diabète est une des premières causes d'apparition et de récidive de mycoses vulvo-vaginale.

L'immunodépression, secondaire à une pathologie infectieuse comme le VIH ou une à une simple fatigue passagère, favorise également le développement des champignons.

De même, l'hyperthyroïdie favorise également la récidive des mycoses du fait de l'hyperglycémie qu'elle induit.

 

• Traitements Médicamenteux :

Les antibiotiques (par déséquilibre de la flore de Döderlein, très fréquent +++), certaines pilules oestro-progestatives et médicaments corticoïdes (par sécheresse de la muqueuse) et les traitements progestatifs (par atrophie de la muqueuse) favorisent l'apparition de mycoses oestro-progestatives.

 

• Hygiène Locale inadaptée :

Les toilettes excessives (avec douches vaginales) ou l'utilisation d'antiseptiques locaux altèrent la flore de Döderlein, et favorisent l'infection mycosique.

 

• Causes Locales favorisant la Macération :

Pantalons trop serrés, sous-vêtements en fibre synthétique, piscine (du fait de l'humidité), favorisent la multiplication des champignons.

 
 

Quels signes doivent faire suspecter une mycose vulvo-vaginale ?

 

Les signes de mycoses vulvo-vaginales sont extrêmement typiques et associent :

- Pertes d'aspect blanchâtre, grumeleuses à type de lait caillé, inodores ;

- Démangeaisons et brulures vulvaires ;

- Douleurs lors des rapports sexuels ;

- Parfois accompagnés d'un œdème (gonflement) vulvaire et de lésions de grattage.

 

Le prélèvement vaginal n'est demandé qu'en cas de formes atypiques ou récidivantes. On y retrouve alors des filaments mycéliens et des polynucléaires à l'examen direct. La culture retrouve des candida albicans en excès.

Un antifongigramme peut alors être demandé, permettant de choisir l'antimycosique le plus efficace.

 

Comment traiter la mycose ?

 

Les mycoses vulvaires et vaginales sont des infections sans gravité mais particulièrement gênantes et parfois difficiles à traiter. Il convient en effet d'une part de traiter directement la mycose en respectant une assez longue durée de traitement  et d'autre part d'éradiquer les facteurs favorisants de mycoses.

 

• Le Traitement Local associe :

- Un ovule antifongique intra-vaginal à libération prolongée, qui est le plus souvent renouvelé 3 jours après la première administration. Ce type d'ovule est à insérer dans le vagin avant le coucher (ce qui permet de diminuer de possibles désagréables écoulement durant la journée).

Les spécialités les plus connues sont pour exemple : Lomexin ovule©, Gynopevaryl LP©, Monazol LP©, Econazole LP©.

- Une pommade vulvaire antifongique, à raison d'une application externe (uniquement vulvaire et non vaginale) matin et soir pendant 10 à 14 jours.

 

• Les Mesures associées indispensables :

- Les Savons alcalins (basique : type Gynhydralin©) ou neutres (type Monagyn©) pour la toilette intime externe, permettent de diminuer l'acidité du pH vaginal et donc le développement des champignons. Mais attention, pas de toilette vaginale directe, qui détruit de façon importante la flore de Döderlein et favorise tous les types d'infections vaginales !!!

- Lutter contre les facteurs de risque : Eviter les pantalons trop serrés, les ports de sous-vêtements en fibres synthétiques, pas d'hygiène local excessive, traiter un diabète ou un trouble thyroïdien.

- Traitement du partenaire non systématique : En effet la mycose vulvo-vaginale n'est pas une MST (Maladie sexuellement transmissible). Il est cependant vrai que dans le cadre de mycoses récidivantes ou de symptôme chez le partenaire (balanite du gland : mycose du gland), on peut proposer une application de crème antifongique matin et soir pendant 10 à 14 jours.

 
 

Que faire en cas de mycoses récidivantes ?

 

On parle de mycoses récidivantes à partir de 4 épisodes par an. Dans ce cas, il est habituel de proposer la prise en charge suivante (en plus du traitement de la phase aigüe que nous venons de développer ci-dessus):

 

- Le traitement du partenaire, systématiquement, par 10 jours de crème antifongique au niveau du prépuce et du gland en 1 application matin et soir (même spécialité pharmaceutique que chez la femme).

- La décontamination digestive par antifongique de contact (amphotéricine B)  sur prescription médical

- Le Traitement par voie orale de la mycose par Beagyn© à raison d'un comprimé par mois pendant 3 mois.

- La recherche d'une cause favorisant la mycose: Diabète, trouble de la thyroïde, immunodépression...

- L'utilisation de Probiotiques vendus en pharmacie ou parapharmacie qui permettront de rééquilibrer la flore vaginale et donc de diminuer le risque de récidive. Ces probiotiques se prennent pour une grande majorité par voie orale.

 
 

Vrai ou Faux : Les idées reçues sur la mycoses

 

De nombreuses idées reçues existent au sujet des mycoses génitales. Voici une série de questions fréquemment retrouvées dans les forums consacrés à ce thème.

 

• Je suis vierge, je ne peux donc pas avoir de mycose ? Faux

Le champignon (candida albicans) est présent à l'état normal dans la cavité buccale et le tube digestif de toutes les femmes, vierges ou non. Il n'est donc pas impossible de le voir se développer au niveau vulvaire et même vaginal chez une patiente vierge (par exemple à la suite d'une prise d'antibiotique qui déstabiliserait le flore vaginale normale et favoriserait le développement de champignons).

Si le traitement par ovule est souvent impossible chez ces patientes, un traitement par voie orale conjugué à l'application d'une crème sur la peau permettent d'obtenir des guérisons durables.

 

• Je peux attraper une mycose génitale dans les toilettes publiques  ? Faux

La mycose est due au développement excessif d'un champignon présent à l'état normal dans certaine région de notre corps (cavité buccale, tube digestif) et en quantité très faible au niveau des voies génitales féminines.

En fait la mycose ne "s'attrape pas" pas puisque l'on est déjà porteur du champignon. Il ne s'agit pas non plus d'une MST (Maladie Sexuellement Transmissible) en tant que telle, même si dans de très rares cas le partenaire peut s'infecter après un rapport sexuel.

 

• L'humidité favorise l'apparition des mycoses ? Vrai

Les champignons comme le Candida Albicans, responsable des mycoses génitales, ont besoin d’un milieu humide pour se développer.

C’est pourquoi il faut particulièrement bien se sécher après une douche ou un bain et que la piscine est fréquemment incriminée dans l'apparition des mycoses génitales.

On attrape pas la mycose à la piscine, c'est l'humidité ambiante et le fait de mal se sécher qui favorise le développement excessif des champignons que l'on a dans son propre corps.

 

• Je peux attraper une mycose génitale à la piscine ? Faux... mais...

Comme nous venons de le voir à la question précédente, on attrape pas de mycose génitale à la piscine, c'est l'humidité qui favorise le développement excessif des champignons que l'on a dans son propre corps.

Cependant le port de maillot de bain en tissu synthétique, provoquant frottements et chaleur, combinés à l’humidité et à la macération en découlant sont des facteurs favorisant le développement des mycoses.

 

• La prise d'antibiotique peut favoriser les mycoses ? Vrai

La flore de Döderlein est indispensable au juste équilibre vaginal. Cette flore est constituée de différents types de bactéries qui sont sensibles à la majorité des antibiotiques utilisés.

Ainsi l'utilisation d'antibiotiques diminue la population normale de bactéries de la flore de Döderlein et favorise le développement des champignons qui prennent tout simplement la place laissée vide par les bactéries.

En effet les champignons ne sont absolument pas sensible aux antibiotiques (les champignons sont sensibles aux antifongiques).

La prise d'antibiotique (par la bouche ou voie intraveineuse) favorise donc l'apparition de mycoses génitales.

 

• Le stress favorise l'apparition des mycoses ? Vrai

Le stress comme la fatigue sont associés à une baisse de l'immunité et peuvent dans certaines circonstances (légère humidité locale par exemple) nettement favoriser l'apparition d'une mycose vaginale.

 

• Les mycoses à répétition peuvent me rendre stérile ? Faux

Les mycoses génitales sont des infections gênantes mais sans gravité, ni risque de séquelles.

Il n'existe aucun lien entre mycose génitale et stérilité.

 

• Je peux mettre des tampons si j'ai une mycose et mes règles en même temps ? Faux

En cas d'infections génitales, il n'est jamais recommandé d'empêcher les écoulements vaginaux. Cette obstruction peut potentiellement aggraver le processus infectieux.

En cas de mycoses et règles concomitantes, il est donc préférable d'utiliser des serviettes.

 

 

Rédacteur : docteur Romain GUILHERME

Mise à jour le 17 février 2015

 

Références Bibliographiques:

- R. Quentin, Ecologie bactérienne vaginale: nature, exploration et prise en charge des déséquilibres, 2006, Mise à jour en Gynécologie Obstétrique du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.

- J.M. Bohbot, Vaginose bactérienne, 2007, Mise à jour en Gynécologie Obstétrique du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.

- J.D Sobel, Vulvovaginal candidosis, 2007, Lancet.

- A.B Guzel et al., Evaluation of risk factors in patients with vulvovaginal candidiasis and the value of chromID Candida agar versus CHROMagar Candida for recovery and presumptive identification of vaginal yeast species., 2011, Med Mycol.