LES INFECTIONS GYNECOLOGIQUES

hlamydia

Chlamydia trachomatis est à l’origine de l’infection sexuellement transmissible bactérienne la plus répandue dans les pays industrialisés.

Très souvent inaperçue, l'infection à Chlamydia Trachomatis est une des causes majeures d'infertilité, grossesse extra-utérine et douleurs pelviennes chroniques.

Le dépistage de cette maladie "invisible" est un enjeu de santé publique.

 
 

Qu'est ce que Chlamydia Trachomatis ?

 

Chlamydia Trachomatis est une bactérie, donc une variété de microbes.

Elle représente la première cause d'infection sexuellement transmissible bactérienne en France. La proportion de la population atteinte rapportée dans les études scientifiques varie de 3 à 5 % en l'absence de symptômes, et de 8 à 15 % en présence de symptomes.

Ceci signifie que 3 à 5% des français sont infectés par Chlamydia Trachomatis sans en avoir aucune idée !

 

La propagation de Chlamydia Trachomatis et sa gravité tiennent de sa découverte souvent tardive, avec un retentissement plus grave chez les femmes que chez les hommes.

L’atteinte des voies génitales hautes (utérus et trompes de Fallope) se manifeste sous forme d'inflammations pelviennes aiguës ou chroniques (salpingites) qui peut se compliquer de douleurs chroniques, de grossesse extra-utérine et d’infertilité tubaire

Chlamydia trachomatis est la cause principale des stérilités tubaires (anomalies des trompes) dans les pays industrialisés.

 
 

Quelles sont les personnes les plus touchées?

 

Les infections sont plus fréquentes chez les femmes de 18-24 ans et les hommes de 25-30 ans.

En 2008, on estimait à 3.6 % le nombre de femmes de moins de 25 ans infectées au niveau national et à près de 9 % celles fréquentant les consultations de dépistage anonyme et gratuit à Paris. 

 
 

Comment se transmettent les Chlamydia Trachomatis ?

 

Très contagieuse, l’infection à chlamydia trachomatis se transmet lors de relations sexuelles non protégées par un préservatif.

Et n’oubliez pas…l’utilisation d’un préservatif lors de chaque rapport sexuel peut vous protéger de l’infection à Chlamydia Trachomatis mais aussi d’autres infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH.

Par ailleurs, une fois traitée, l'infection peut revenir en se réinfectant avec son partenaire habituel (si il n'a pas été traité lui aussi) ou avec un nouveau partenaire (en cas de relations sexuelles non protégées).

 
 

Quelles sont les conséquences d'une infection non traitée?

 

Chez la femme

L’infection peut engendrer des complications graves :

•  une infection aiguë des trompes (salpingite) pouvant se compliquer d'abcès abdominaux, péritonite et même de septicémies (présence de bactéries dans le sang).

• des lésions inflammatoires chroniques des trompes à l’origine de grossesses extra-utérines (dans les trompes) ou de stérilité.

 

Chez l’homme

Chez l’homme, comme chez la femme, l'infection à Chlamydia Trachomatis favorise la transmission d’autres infections sexuellement transmissibles comme l’infection par le VIH.

Encore plus discrète que chez la femme, l’infection se manifeste parfois par une urétrite (inflammation de l'urètre) ou une épididymite (inflammation du canal à la sortie du testicule permettant de transporter les spermatozoïdes).

Les conséquences sur la fertilité masculine d'une infection à Chlamydia Trachomatis ne sont pas clairement établies.

 
 

Comment sait-on que l'on est infecté ?

 

Le plus souvent, l’infection est totalement "invisible" : On ne ressent rien - On ne voit rien

 

Beaucoup plus rarement, l'infection se traduit par des symptômes :

- chez la femme : par des pertes vaginales, des sensations de brûlure en urinant, une douleur dans le ventre

- chez l’homme : par des écoulements du pénis, des sensations de brûlure en urinant, une douleur aux testicules.

 

La solution passe donc par le dépistage puisque l'infection à Chlamydia ne présente aucun signe ou très peu de signes.

Ce dépistage consiste en un prélèvement local ou une analyse d'urine chez la femme comme chez l'homme.

Un dépistage gratuit est systématiquement proposé à toutes les jeunes femmes de moins de 25 ans dans les consultations du planning familial par exemple.

Votre médecin gynécologue se doit de vous proposer ce dépistage si vous avez moins de 25 ans et que vous avez eu des conduites potentiellement à risque (rapports sexuels non protégés par un préservatif).

 
 

Existe-t-il un traitement ?

 

L'infection à Chlamydia Trachomatis est facilement soignée par des traitements simples, sûrs et bien tolérés.

 

Afin d'être efficace le traitement doit s'accompagner :

- de l'usage du préservatif pendant le traitement et durant les 10 jours qui suivent.

- du traitement simultané du ou de la partenaire.

 

Il est donc indispensable de prévenir vos partenaires de votre infection à Chlamydia Trachomatis.

Et n'oubliez pas que de nouvelles conduites à risque peuvent être à l'origine d'une réinfection par Chlamydia Trachomatis.

 

 

Rédacteur : docteur Romain GUILHERME

Mise à jour le 17 février 2015

 

Références Bibliographiques:

- V. Goulet et al., Augmentation du dépistage et des diagnostics d’infections à Chlamydia trachomatis en France : analyse des données Rénachla (2007-2009), 2011, Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

- P. Judlin, Chlamydiae et mycoplasmes, dépistage... Et après ?, 2007, Mise à jour en Gynécologie Médicale du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français.